GEMMOLOGIE UN METIER COMPLEXE | FR

L’essai de tous les diamants se fait sur l’enclume ; et ils résistent si bien aux coups, que le fer éclate et que l’enclume elle-même rebondit.
Histoire naturelle de Pline l’Ancien (mort le 24 août 79 lors de l’éruption du Vésuve), livre XXXVII (37), 57. Suite à ce texte malheureux, des milliers de carats furent détruits à jamais lors de découvertes ou de conquêtes, au cours de l’histoire.
Le diamant est effectivement le produit naturel le plus résistant, à l’usure (dureté 10), mais pas aux chocs. Car le diamant a une cristallisation dans le système cubique avec un clivage parfait. Principe de la première phase de la taille du diamant (clivage, sciage, débrutage, taille en croix et le brillantage). Pour cette raison un diamant taillé sera fragile à son collet (pointe en dessous de la pierre) et sur son rondiste (circonférence de la pierre où le sertisseur placera les griffes de fixation).

Au moyen âge la fraude des diamants était les imitations ; topaze ou zircons incolores, soit tout simplement du verre. Le verre coloré fut utilisé pour l’imitation des rubis, saphirs ou émeraudes. Sur les murs de l’enceinte de la ville d’Anvers fut affiché, dans cette même période, « l’interdiction de négocier des imitations du diamant, rubis, saphir, émeraude et spinelle » une amende de 25 deniers était prévue pour les fraudeurs. Un tiers pour la ville, un tiers pour le Seigneur (l’église) et un tiers pour le dénonciateur. Cette loi protégeait le consommateur contre les escrocs, dommage quelle fut abolie.
 
Au 18e siècle, une première imitation approche l’éclat du diamant ; le strass, du verre d’ont la culasse est enduite du même produit que les miroirs. C’est une imitation encore utilisée de nos jours dans la bijouterie fantaisie. Facilement détectable à la loupe et même à l’oeil nu.
 
Une première synthèse apparait vers la fin du 19e siècle, le rubis de Genève créa une panique dans le secteur des pierres précieuses. Les journaux d’époque parlent de la fin du rubis, l’écroulement définitif de sa valeur. Actuellement les prix du rubis naturel « non chauffé » atteignent des sommes fabuleuses sur le marché professionnel et dans les prestigieuses salles de ventes.
 
Depuis la technique découverte par Verneuil, bien d’autres synthèses sont apparues sur le marché. Des fabricants, Français, Américains, Japonais et Russes ont tout au long du 20e siècle, ont améliorés leurs techniques, imitant de mieux en mieux les produits naturels. Pourtant la vraie joaillerie n’a jamais été amateur de produit synthétique, car le consommateur veut et il a raison, plus tôt une plus petite pierre qu’un produit synthétique. Si le consommateur achète une pierre synthétique en connaissance de cause et paye un prix bien inférieur au naturel, cela sera son choix.
 
Le secteur du diamant était quand à lui était confiant, sachant que pour synthétiser un diamant il fallait développer de très hautes températures et pressions (comme dans la nature). Le premier signal d’alarme fut déclenché dans les années 1950 lors de la fabrication des diamants de synthèse par les Suédois, la Général Electric, la De Beers, les Russes suivit par les Chinois. C’était pour le secteur joaillerie une fausse alerte, car les diamants étaient des poudres et des grains pour l’industrie. L’alerte est plus sérieuse à partir des années 90 avec Sumitomo et Lazare Kaplan. Les premiers diamants de synthèse et de manipulations sérieuses pour la joaillerie sont apparus fin du 20e siècle en provenance du Japon, de la Russie et des États Unis.
 
Malheureusement certains négociants véreux et peu scrupuleux en profitent pour vendre des pierres synthétiques ou manipulées comme naturels. C’est ici que le gemmologue intervient.
 
La gemmologie est un domaine très complexe englobant à la fois des notions de géologie, de chimie, de physique et surtout d'optique.
 
Les cours de gemmologie organisés par des Instituts de Gemmologie l’H.R.D. et d’IGI à Anvers, l'Institut national de Gemmologie (EAC) de Paris et l’F. G.A. de Londres, sont devenu d’une importance capitale pour le secteur du diamant et des pierres précieuses. Les cours de gemmologie comprennent :

20140402_Abordable_et_efficace_de_lHRD.jpg 20140402_BRUKER_X_ray_diffraction.jpg 20140402_Détecteur_de_diamant_synthétique_de_lHRD.jpg 20140402_RENISHAW_Raman_spectroscopy.jpg
10/12/18
ESSAIS DE REPRODUCTION ARTIFICIELLE DU DIAMANT | FR

Après que les chimistes eurent découvert que le diamant n'était que du charbon cristallisé, on…

15/10/18
HPHT in kleine octaëders | NL

Sinds enkele jaren worden wij geconfronteerd met synthetische diamanten, hetzij HPHT (hoge druk en hoge…

05/10/18
COMPOSITION CHIMIQUE DU DIAMANT | FR

Les anciens alchimistes croyaient que la pierre philosophale était faite de la matière la plus…

18/07/18
Anvers a réalisé une révolution dans le processus de polissage des diamants | FR

Le Centre scientifique et de recherche technologique pour les diamants (WTOCD), de l’AWDC, l'organisation centralisant…

20/06/18
Spectroscopy Raman and Gemmology | EN

The Raman effect was discovered in 1928 by an Indian doctor of the same name…

20/06/18
RUWE DIAMANT IMITATIE | NL

In een artikel in het tijdschrift van AFG heeft dr. Emmanuel Frtisch (hoogleraar aan de…

22/05/18
ALEXENDRITE | FR

Peu connue du grand publique, c’est une pierre précieuse qui est rarement exposée, elle reste…

16/04/18
LA TANZANITE | FR

Sa couleur d’un bleu saphir « Birman » avec un soupçon de violet en fait…

26/03/18
HET VERSTELLEN: EEN VERDWENEN BEROEP | NL

Sinds de uitvinding van Lodewijk Van Berquem in 1476 tot begin van de XXI eeuw…